De la chaîne alimentaire à la chaîne logistique

Les habitudes alimentaires des Français en cause

Le monde des produits alimentaires est en pleine révolution. Pour les consommateurs, l’accès à l’information est devenu une priorité absolue. Savoir si ce que nous mangeons est conforme aux règles éthiques, écologiques ou nutritionnelles est désormais possible via toutes sortes d’applications mobiles. Yuka en est un excellent exemple. Aujourd’hui, on pet voir des personnes scanner les produits dans les rayons d’un hypermarché en quête des meilleures qualités nutritionnelles. Mais la question de la transparence de l’information se pose à nouveau dès que l’on a un doute sur la fiabilité de ses sources. C’est précisément ici qu’intervient la blockchain. Son rôle est de proposer une information infalsifiable, incorruptible. En effet, cette information est partagée dans le cloud, par des tiers de confiance.

« La blockchain est une technologie de stockage et de transmission d’informations, transparente, sécurisée, et fonctionnant sans organe central de contrôle. Par extension, une blockchain constitue une base de données qui contient l’historique de tous les échanges effectués entre ses utilisateurs depuis sa création. Cette base de données est sécurisée et distribuée : elle est partagée par ses différents utilisateurs, sans intermédiaire, ce qui permet à chacun de vérifier la validité de la chaîne. » Source blockchainfrance.net

L’exemple d’IBM

IBM a rapidement mis sur le marché sa solution blockchain basée sur la technologie Hyperledger. Cependant, Auchan a préféré se tourner vers une start-up que le groupe français a testé récemment au Vietnam.

Rappelons que Hyperledger, hébergé par Linux Foundation en open source, est conçu comme une base pour le développement d’applications et de solution. Hyperledger permet d’utiliser des composants tels que les services de consensus et d’adhésion en plug-and-play. Carrefour, Nestlé, Wallmart et d’autres concurrents du groupe lillois se sont d’ailleurs branchés sur cette base.

Quels sont les objectifs d’Auchan et de la start-up allemande Te-Food ?

En France, mais aussi en Espagne, en Italie ou encore au Sénégal, il est possible de regrouper toutes les informations concernant un produit alimentaire. Depuis la graine initiale jusqu’à l’expédition dans un emballage par le producteur, l’information est trackée sur une plateforme sécurisée. On peut suivre ainsi une carotte « de la graine à l’assiette », en accédant aux mêmes informations que le distributeur final. Du jamais vu !

Cette garantie de traçabilité est apportée par un QR code sur l’emballage des carottes et déchiffrable par le smartphone du consommateur. De même, une puce RFID est apposée sur les cartons d’expédition. Elle fournit toutes les informations sur le parcours réel desdites carottes entre leur départ du producteur et leur arrivée dans le rayon. L’apport de la blockchain intervient dans le stockage des informations dans une base publique. Cela les met ainsi à l’abri de toute tentative de manipulation.

Pour une alimentation plus saine

Ainsi, Te-Food promet d’assurer la traçabilité des produits alimentaires de la ferme à la table via la blockchain. La start-up intègre toutes les données de la supply-chain, puis propose les outils d’identification et de suivi des produits à toutes les étapes. Elle développe également les logiciels ou applications pour permettre aux clients de consulter ces informations. Le consommateur final dispose alors des données brutes, vierges de toute manipulation et de toute interprétation. A lui de se forger une opinion.

Te-Food semble correspondre davantage à l’ADN du groupe Auchan. Elle est également très présente sur les marchés asiatiques en plein essor. Actuellement, elle intervient sur les fruits et légumes mais aussi sur la viande de poulet et de porc. Début 2019, Auchan sera opérationnel sur la pomme de terre, puis le poulet et le porc ibérique sans oublier les fruits exotiques cultivés au Sénégal.

La technologie se mettra ainsi au service du consommateur. Elle tendra même à protéger les intérêts des distributeurs, bien souvent accusés de cacher ou de manipuler les informations.

 

A lire également : Glovo partenaire de Franprix pour la livraison en 30 minutes