La sécurité des patients en EHPAD, une priorité !

Il n’a pas échappé aux dirigeants des établissements de santé que leur responsabilité peut être engagée à propos de la sécurité des patients. Depuis 2011, une start-up aixoise propose ses solutions pour suivre à la trace les déplacements des patients et réduire drastiquement les possibilités d’une fugue ou d’un égarement des malades, atteints parfois de la maladie d’Alzheimer.

Comme le déclarait judicieusement aux Echos, Christophe Deguerre, président de I3S-Solutions « la jurisprudence récente a statué sur la responsabilité des EHPAD en cas de fugue. Ce sujet est devenu un souci majeur pour leurs responsables ». Or la France compte près de 6 millions de personnes de plus de 75 ans (4 millions en Espagne) et autour de 800 000 souffrant d’Alzheimer dans les deux pays. Et ce chiffre est bien plus important à l’échelle mondiale puisque près de 44 millions de personnes souffrent de maladie neuro-dégénérative (Source : Alzheimer’s association).

Les étiquettes RFID, la solution parfaite?

Pour sécuriser les patients et les établissements, une étiquette RFID est apposée sur chaque personne à surveiller. Elle est suivie à partir d’un poste de contrôle centralisant tous les mouvements et il devient alors facile de détecter les comportements aberrants. L’étiquette est placée à l’intérieur des vêtements portés par le patient et reste donc invisible ; ainsi la liberté de déplacement des personnes reste garantie. Il existe également des bracelets permettant de localiser les personnes qui le portent mais le parallèle avec le monde carcéral a été relevé, et le risque de stigmatisation des personnes dépendantes n’est évidemment pas souhaitable. Cet argument éthique est ainsi mis en avant par la start-up qui envisage de proposer son dispositif également aux crèches.

« Cette solution répond aux problématiques de sécurité sans contredire la liberté de mouvement et l’autonomie de nos résidents, et elle débarrasse notre personnel médical du stress », raconte le directeur d’un EHPAD de Saint-Cannat, Michel Gauthier.

Autre atout du système anti-errance ou anti-fugue baptisé Sol-Secure, il est autonome en énergie et ne peut tomber en panne. Les puces RFID ont fait largement leur preuve dans d’autres applications (dans le retail notamment) pour leur discrétion et leur longévité.

EvitErrance, basée dans le Puy-de-Dôme, s’est également positionnée sur ce marché et a reçu l’appui du Crédit Agricole. Sa solution est fournie par les radio-étiquettes dotées de la RFID. Rappelons que la Radio Frequency IDentification, est un système composé d’une antenne et d’une puce électronique permettant  d’émettre et de recevoir des signaux radio émis ou analysés par un poste central émetteur-récepteur. Certains ont également imaginé les insérer sous la peau des individus comme certains films de science-fiction nous l’ont montré (on pense par exemple à Matrix ou plus récemment à Time Out).

La sécurité des personnes en milieu médicalisé est certes un enjeu mais elle ne doit pas restreindre le temps disponible des personnels médicaux ou d’accompagnement. Elle se doit d’être aussi discrète que possible pour les patients et de préserver au mieux leur liberté de mouvement tout en les protégeant. A noter qu’il existe des alternatives technologiques basées notamment sur les beacons et incluant des bracelets discrets et acceptés par les publics concernés. L’expérience et l’efficacité du service rendu aux personnels responsables rendront un verdict et/ou ouvriront de nouveaux développements dans un futur proche.