La traçabilité et la géolocalisation des objets connectés, atouts majeurs en logistique

L’idée est venue un jour où Clément, l’un des trois fondateurs de cette jeune pousse française, s’est fait voler sa moto. Si elle avait été équipée d’un capteur connecté, il aurait été possible de la géolocaliser et peut-être de la retrouver.

Mais l’inspiration du jeune homme a très vite évolué d’un marché grand public à celui des industriels qui déploient sur le terrain de très nombreux véhicules ou équipements. Et ce, sans pour autant savoir comment et quand ils sont utilisés ou disponibles.

Hiboo, un modèle disruptif

Hiboo propose à la fois de fournir les objets connectés à embarquer sur les « actifs industriels » concernés mais aussi la plateforme qui va permettre de suivre leur activité.

L’originalité du modèle a déjà valu à cette entreprise incubée par Telecom Paris Tech et accompagnée par la Cité des Objets Connectés à Angers, d’être récompensée lors de la première édition de l’IoT Business Hub. Avec quelques grands comptes de renom comme Engie ou Bouygues Construction, les débuts sont prometteurs.

Mais pourquoi un industriel du BTP fait-il appel à Hiboo ?

« Nous proposons de connecter des engins de chantier tels que des grues, des conteneurs, des remorques, des générateurs électriques, afin d’améliorer leurs performances, leur maintenance, et de réduire les coûts des opérations », explique Clément Bénard.

« L’objet contient de nombreux capteurs tels qu’une puce GPS, un accéléromètre, une sonde de température, un capteur à effet Hall… Cela nous permet de mesurer l’usage, l’inclinaison, les chocs ou la présence d’une force magnétique ».

Ce pilotage fin des ressources a notamment permis à Bouygues de réduire de 4 à 6% sa facture de location d’équipements sur ses chantiers. Ce qui représente plusieurs millions d’euros par mois.

Il pourrait en être de même pour une flotte de camions réfrigérés. Et l’industriel ou le centre logistique pourrait vérifier la disponibilité. Mais il pourrait également contrôler le respect de la chaîne de froid tout au long des parcours. Tous les outils peuvent être ainsi monitorés et optimisés dans leur utilisation ainsi que dans leurs conditions d’exploitation.

Mais quid de la sécurité et de la fiabilité des données ?

Sur quelles bases techniques reposent les solutions de Hiboo ?

Les solutions Hiboo sont basées sur des réseaux basse fréquence (LPWAN = Low Power Wide Area Network). Et la garantie est apportée par Sigfox qui inclut déjà un haut niveau de sécurité des connexions entre objets connectés et plateforme de récupération.

Mais « dans notre objet, le code embarqué ne peut être lu sans l’autre bout de l’algorithme présent au sein du serveur. Si le message est ainsi intercepté, il sera illisible. Côté serveur, on travaille avec la société Heroku, utilisée par Salesforce. Bien que le risque zéro n’existe pas, on a tout fait pour s’en rapprocher », nous rassure Clément.

Quel rôle joue l’application Hiboo ?

De même l’API Hiboo permet aux industriels de relier des matériels déjà équipés de capteurs à la plateforme. Et ainsi d’avoir une unité dans le suivi et le traitement des informations sur l’ensemble des ressources. Ce sera, par exemple, le cas pour les aéroports de Paris qui auront une excellente visibilité sur l’ensemble de leur parc se déplaçant sur les tarmacs.

Sécuriser et optimiser les matériels ou les ressources, suivre et connaître en temps réel leurs disponibilités, est une source de progrès réel pour toutes les entreprises. La sécurité apportée par les objets connectés et les serveurs hébergeant la data, demeure un élément clé dans le monde numérique.

A lire également : La gestion de flotte sera-t-elle améliorée par le Big Data ?