Interview Jean de Broissia – Praxedo

Bonjour !

 

Je suis Jean de Broissia, je suis le directeur général et co-fondateur de Praxedo, un éditeur de logiciels qui édite une plateforme SaaS de gestion d’interventions. On s’adresse aux entreprises qui ont des techniciens sur le terrain, à qui l’on propose toute une suite logicielle, de l’application mobile qui équipe les techniciens d’intervention au portail web de planification et d’optimisation de tournées, destinée aux dispatcheurs et à la conduite d’activité.

 

SSC : La mobilité est-elle une source de business ?

JdB : La mobilité mais aussi le temps réel permettent de connecter le terrain au dispatcheur et en conséquence d’imaginer une nouvelle organisation de l’entreprise. Dans le monde d’avant, les techniciens d’intervention partaient le matin avec des bordereaux d’intervention sur papier, réalisaient leur journée, leurs interventions et revenaient le soir, ou en fin de semaine avec leur compte-rendu d’activité. Maintenant grâce au temps réel et à la mobilité, on sait exactement où en est le technicien dans la réalisation de sa tournée, et on peut imaginer de réorganiser la tournée en cours de journée, par exemple, pour réaliser des gains de productivité plutôt conséquents. Cela change totalement la manière de travailler de ces entreprises de maintenance qui ont des techniciens sur le terrain.

 

SSC : A l’avenir va-t-on intégrer l’Intelligence Artificielle dans la mobilité ? Et si oui comment ?

JdB : D’une certaine manière, il y a déjà des cas d’usage qui sont possibles mais on imagine que cela va aller bien au-delà. Deux exemples que l’on peut donner : pour la conduite d’activité pour les dispatcheurs, grâce à l’analyse des données du passé, on peut plus facilement diagnostiquer une panne et savoir quelles sont les pièces détachées attendues pour régler un problème de SAV sur un équipement ; et faire en sorte, que le technicien qui va intervenir ait dans sa camionnette, la bonne pièce ou les bonnes pièces détachées pour s’assurer, ce qu’on appelle en anglais, le « first time fix rate », c’est-à-dire qu’il pourra réparer dès la première intervention sans besoin de revenir. On peut aussi utiliser l’intelligence artificielle pour prévoir les temps de déplacement. Par exemple, sur un planning prévisionnel, pour demain ou la semaine prochaine, savoir en fonction du jour, si c’est un jeudi après-midi ou en fonction de la météo, prévoir quels vont être les délais prévisionnels de déplacement. Et puis, on a aussi des cas d’usage sur la qualité des informations transmises par les techniciens. Souvent les techniciens fournissent des compte-rendus d’activité où il peut y avoir des erreurs, et via l’intelligence artificielle on peut identifier ces erreurs pour s’assurer de la qualité des données qui sont remontées dans le système d’information.

 

SSC : Justement peut-on concilier l’hyper mobilité et la sécurité ?

JdB : D’abord, rappelons que la sécurité des personnes est un point important, et nous croyons beaucoup aux nouveaux outils dont sont équipés les techniciens demain et qui assureront leur sécurité individuelle, leur sécurité personnelle. Par exemple, je pense aux outils comme l’Apple Watch, qui peuvent par des mesures de perte de verticalité ou d’accéléromètre, ou encore des sensors de battements du cœur, générer des alertes et potentiellement de déclencher des notifications et lancer un service d’urgence. Deuxième axe sur la sécurité, par rapport à notre métier du SaaS, puisqu’on héberge les données de nos clients, c’est de dire que la sécurité de la plateforme est quelque chose d’essentiel et attendue par nos clients et nos utilisateurs. En conséquence, et même si on le faisait déjà avant le RGPD, depuis le RGPD on a un nouvel intérêt de nos clients pour aller encore plus loin dans cette direction. On le fait sur différents axes, à la fois en termes de recherche de failles potentielles sur la plateforme Praxedo, pour combler ces failles, avec des sociétés externes qui nous aident à les identifier. On le fait aussi pour que les données qui transitent sur la plateforme soient bien protégées, pas exposées ou seulement lorsque c’est nécessaire. Typiquement on a un cas d’usage sur la nouvelle version qui sort aujourd’hui, pour faire en sorte de masquer les numéros de téléphone, de faire en sorte que si un technicien appelle un client final, il puisse le faire sans avoir connaissance du numéro du client et inversement lorsque le client final rappelle le technicien. On peut donc imaginer des solutions au niveau logiciel pour sécuriser l’accès aux données personnelles.

 

SSC : Vous êtes une société française. Est-ce que vous pensez que l’Europe a sa chance face aux géants américains et chinois ?

JdB : Bien entendu, sinon je ne continuerai pas. On est convaincu de la valeur que l’on crée. On s’est déjà testé sur des marchés internationaux même si nous sommes une société française basée à Paris. On a démarré l’export chez Praxedo, il y a 3 ou 4 ans. On a ouvert aujourd’hui 3 zones en plus de la France : l’Allemagne, l’Autriche et la Suisse ; ensuite on a ouvert le Canada et maintenant l’Espagne. A chaque fois que l’on va sur un marché international, on se rend compte de la valeur ajoutée qu’on apporte sur ce marché particulier de la gestion d’interventions. Je veux dire qu’on n’a pas à rougir de l’innovation française parce que systématiquement on trouve notre marché, on a une demande qui est forte et on ne trouve pas de comparable évident ni de société qui soit véritablement en avance par rapport à ce que l’on propose. Oui, on est ambitieux et on a de bonnes raisons de l’être.

 

SSC : Quel serait votre rêve, votre vision pour les 3 ans à venir ?

JdB : Clairement on est un acteur de niche, c’est-à-dire, une position claire : on veut être expert du marché du « field service management », de la gestion d’interventions, et nous souhaitons innover pour apporter de nouvelles fonctionnalités pour nos clients et aussi à plus de clients. Nos souhaits pour le futur sont à la fois la R&D sur le produit et le développement commercial, et notamment à l’international pour Praxedo, pour accompagner nos clients qui sont souvent des grands groupes, sur tous les continents.

 

Merci Jean !

 

A découvrir : Livraison géolocalisée Cdiscount : pour atteindre le temps réel