Le BigData, la solution de gestion pour les véhicules de fonction

En termes de performance, le Big Data nous est toujours présenté comme une large amélioration. Il devrait donc jouer un rôle majeur dans la gestion des parcs de véhicules. En effet, cet enjeu reste important pour les entreprises et leurs collaborateurs. Cela nécessite en outre de bien comprendre les problèmes du gestionnaire d’un côté, et les apports concrets et réels de l’autre.

Rappelons que la gestion de flotte permet d’allouer à chaque collaborateur le véhicule adapté à ses fonctions et à ses déplacements. Elle peut également attribuer le véhicule le plus sûr (celui qu’on aura révisé et équipé pour l’hiver, par exemple).

Les véhicules dont on parle sont aujourd’hui majoritairement connectés. La collecte des données de circulation et d’entretien sont d’ailleurs devenues des standards. Cependant, l’optimisation des plans de tournée ou des interventions du SAV, exige l’agrégation des données (client et collaborateur).

Alors que change le Big Data dans les impératifs de la gestion de flotte ?

« L’exploitation du Big Data nous a permis de travailler à un niveau d’intervention stratégique et macroscopique pour agir ensuite sur la planification opérationnelle et faire entrer en adéquation la charge (services ou interventions à réaliser) et la capacité (moyens mis en œuvre). » déclarait Dalkia lors de l’agora des responsables de flotte. Il explique la nouvelle donne par ce constat : « Aujourd’hui, nous souhaitons encore aller plus loin en couplant les informations de géolocalisation avec celles de gestion d’activité. »

En effet, l’Intelligence Artificielle va permettre d’optimiser les ressources. Toutefois, elle permettra également de les allouer au mieux selon les prévisions d’activité. Et ce, qu’il s’agisse de commandes clients, de besoin d’interventions sur site ou de déploiement de campagne de visites ou de formation.

Cependant les flux et la demande varient en permanence, ce qui complexifie les analyses. Le recours à des algorithmes précis et puissants semble indispensable. L’IA pourra alors :

  • prévoir des pics de demande
  • déterminer des points de livraison prioritaires
  • et prévenir les chauffeurs et les commerciaux en amont afin d’optimiser les déplacements.

Objectif n°1 : le gain de temps

Pour gagner ce précieux temps que le client final considère comme toujours trop long, la souplesse et la vitesse de réaction vont de paire. C’est ce que garantissent certains acteurs comme le groupe PSA via son offre Free2move Connect Fleet. Cette offre alternative à la gestion de flotte internalisée promet un maximum de liberté à un million de clients dans le monde. Et elle tient en plus compte de nouvelles attentes, comme par exemple les préoccupations écologiques grandissantes. On pourrait également évoquer la question du respect des libertés individuelles associée à la collecte des données de déplacement des collaborateurs d’une entreprise. Comme chaque fois que l’on souhaite analyser des données personnelles, les questions d’éthique reviennent à la surface.

Optimiser les flottes des entreprises est un enjeu qui dépasse le simple problème des emplois du temps. Les ressources impactées par l’accroissement des livraisons ou des déplacements professionnels sont humaines, matérielles, environnementales et technologiques. L’apport du Big Data sera bien réel puisqu’il contribuera à une précision d’information inégalée jusqu’ici.

 

A lire également : La voiture autonome, pour une smart city plus propre