L’avenir du dernier kilomètre est-il un robot ? Rendez-vous dans 10 ans !

La livraison dans 10 ans soulève quelques fantasmes et alimente de très nombreux projets de produits et de services. La croissance du nombre de colis à livrer chaque année ne faiblit pas et dépasse chaque année la barre des 20%. Cette augmentation des volumes de colis est-elle accompagnée par l’arrivée de nouvelles technologies et peut-elle, dans le même temps respecter un enjeu écologique fort ?

Il est assez facile de prévoir que les flux, la vitesse de livraison suivront une folle courbe de progression pendant encore au moins une décennie. Le e-commerce progresse sur tous les marchés et internet est accessible partout dans le monde, via les smartphones. Le coût du dernier kilomètre, devrait, au contraire, baisser à mesure que la pression des volumes augmentera et que la gestion des flux sera optimisée.

Mais quelles sont les grandes innovations en phase de test et seront-elles notre quotidien dans très peu de temps ?

Le robot est au cœur de toutes les discussions sur la logistique. Il est déjà présent dans les entrepôts des géants Amazon et Alibaba -pour ne citer qu’eux-, mais il fait l’objet de très nombreuses recherches. Comment améliorer son rendement, comment l’introduire dans toutes les surfaces, y compris en magasin ? L’autre direction prise, est celle du robot livreur. Des projets comme ceux de Starship Technologie avec son robot capable de livrer sur un rayon de 5 kilomètres est déjà testé sur des campus universitaires aux Etats-Unis ou encore comme Aida qui combine une motricité sur 4 roues à l’habilité situationnelle des « jambes » pour franchir les trottoirs ou autres obstacles urbains, sont en concurrence avec les drones qu’Amazon a été le premier à nous présenter, il y a déjà 2 ans, mais que La Poste utilise également aujourd’hui. Un autre acteur est en scène dans les mégalopoles de la planète, comme UberEats le démontre chaque jour un peu mieux.

Demain,

  • Les véhicules autonomes, qu’ils soient terrestres,
  • Les voitures autonomes : seront partout d’ici 5 ans ou aériens,
  • Les taxi-volants sont en plein décollage

seront autant de moyen de livrer nos repas, nos médicaments ou nos objets préférés.

 

Livraison Peer to Peer une autre alternative

La robotisation de la livraison est une voie technologique. Le recours à l’humain est une autre vision du problème et certains acteurs semblent miser davantage sur notre capacité à partager nos ressources communes. Ainsi plusieurs distributeurs testent la livraison peer to peer, en comptant sur notre infaillible sens de la solidarité. Livrer les courses de nos voisins, ou de nos collègues de bureau, serait-il si différent que de pratiquer le co-voiturage ? De même que partager des « box » de livraison dans des endroits proches de nos domiciles redonnerait une vie à nos boites aux lettres, plutôt désertées par le courrier. On verra bientôt fleurir des mobiliers urbains d’un nouveau genre, contenant des casiers, dans lesquels seront déposer nos colis, en attente de ramassage. Un code, un smartphone et hop, le casier s’ouvrira pour nous, et pour nous seulement. Il redeviendra anonyme le temps d’être la cible d’une nouvelle livraison.

Naturellement, le vélo, la marche à pied, seront encore utilisés par les citoyens des villes et les robots ne feront pas tout à notre place. Le futur est au plaisir dans l’expérience. En serons-nous les messagers ?

 

A découvrir également : Le marché du dernier kilomètre en pleine ébullition