Le smartphone sonne la fin du ticket de métro

« Bonjour Monsieur, votre smartphone s’il-vous-plaît ? » sera bientôt une phrase que l’on entendra dans le métro.

Et oui ! Pour ceux à qui cela aurait échappé, IDFM (Ile-de-France Mobilité) a décidé de passer le cap de l’IoT. A l’instar d’Amazon Go, il sera possible de badger aux bornes d’accès des quais pour entrer dans le métro.

En effet, ce petit bout de papier que représente le ticket de métro n’aura bientôt de valeur que pour les collectionneurs. On ne le répétera jamais assez, le monde devient digital ! Que ce soit pour l’archivage des données de votre entreprise, les fiches de paye, la déclaration d’impôts, les billets d’avion ou même les photos de vacances de votre petit dernier, l’ère est à la dématérialisation.

 

Quand la mobilité prend le virage de l’IoT

Avec ce nouveau dispositif, c’est l’assurance de gagner en rapidité et en simplicité :

  • pour les usagers, moins de file d’attente pour acheter un ticket. L’achat se fait directement sur le mobile.
  • pour IDFM, plus d’impression de ticket papier. Chaque année, on vend pour 550 millions de tickets de métro… objectif zéro déchet atteint !

Malheureusement, cette technologie ne sera pas accessible à tous. Seuls les détenteurs de mobiles Samsung pourront bénéficier de cet avantage. Dès septembre, le concept sera en outre généralisé dans toutes les stations de trains, métros, bus et RER d’Ile-de-France.

Une phase de test s’est d’ailleurs déroulée auprès de 3500 utilisateurs des transports publics possédant un Samsung avec le NFC. Selon le Syndicat des Transports Publics, IDFM, le test s’est révélé concluant puisque 80 % des testeurs sont convaincus par ce nouveau système et 88 % envisagent de l’utiliser de façon permanente.

 

La NFC, qu’est-ce-que c’est ?

NFC signifie Near Field Communication (ou CCP pour Communication en Champ proche en français). C’est la technologie dont tous les nouveaux téléphones sont dotés.

Sous forme de puce intégrée au téléphone, le NFC permet d’émettre et recevoir des informations d’un mobile à un récepteur. Il suffit juste de tenir le portable à proximité du lecteur. Pas besoin de télécharger une application au préalable.

Utile pour les paiements mobiles et l’utilisation des transports, le NFC représente également une alternative au Bluetooth dont l’utilisation est jugée plus fastidieuse.

On lui prête aussi de plus en plus la fonction de QR Code. Capable de détecter les codes-barres que l’on retrouve devant certains monuments historiques, la fonction NFC affiche automatiquement les informations liées à ces sites sur le mobile.

 

Quelles autres innovations technologiques nous réserve la RATP ?

Valérie Pécresse, présidente d’IDFM, a annoncé le lancement de la carte Navigo Easy pour le 12 juin 2019.

Pour les touristes et les usagers occasionnels des transports publics, cette carte a l’avantage de s’utiliser comme une carte de crédit sans contact. Valérie Pécresse la présente d’ailleurs comme un « porte-monnaie électronique ».

Elle ne coûte que 2 euros et peut se recharger au prix d’un ou plusieurs tickets de métro.

 

Transport et IoT, une initiative francilienne ?

La dématérialisation du ticket de transport est une initiative toulousaine. En effet, c’est bien dans la Ville Rose que tout a émergé. Toulouse est même très largement en avance car il y est d’ores et déjà possible d’accéder aux réseaux de transport avec n’importe quel mobile Android (s’il dispose du NFC).

Tisséo, l’organisme de transport toulousain, propose ainsi de remplacer la carte Pastel grâce au service Ticket Easy.

Même la carte Navigo Easy s’inspire de son voisin européen, la Oyster Card. A Londres, c’est un moyen de paiement tellement plébiscité qu’on espère copier le modèle outre-Manche en France. Le côté réutilisable et rechargeable en illimité en font un moyen de paiement facile et rapide. L’objectif est d’atteindre la barre des 5 millions de clients.

 

Quel avenir pour le ticket de métro ?

Aucun. La région parisienne prévoit leur disparition complète au profit des smartphones et des Navigo rechargeables d’ici 2021. L’arrête de la vente des carnets de métro est d’ailleurs prévu pour l’été 2020.

Si le public semble emballer par la praticité du dispositif, il n’en reste pas moins lésant pour les détenteurs d’iPhone. Mais pas de panique ! La marque à la pomme rouge ne compte pas pour autant laisser filer une occasion d’être sur le devant de la scène technologique.

Au contraire, loin d’être à la traîne, Apple propose déjà un service similaire de paiement des transports par NFC avec le service Apple Pay Transit. Déjà disponible à Londres, Chicago, Portland, au Japon, en Chine, et en Russie.

 

A lire également : La sécurité dans les transports en commun, l’affaire de tous