La force logistique d’Amazon France en 3 points-clés

Amazon a investi plus de 3 millions d’euros dans la livraison pour le 3ème trimestre seulement en 2017 pour l’expédition de plus de 5 millions de colis sur l’année. Ces chiffres considérables représentent le résultat pour la livraison à l’international et contrebalancent avec le nombre d’employés dans les entrepôts. En France, ils sont près de 7500 à faire partie des effectifs de ce géant du e-commerce.

Augmenter sa surface de stockage

Paris est la 2ème ville d’Europe qui commande le plus sur le site Amazon. C’est pour cette raison que le leader du e-commerce achète et développe autant d’entrepôts dans l’Hexagone. En tout, Amazon compte notamment près de 8 entrepôts sur le territoire français. Son entrepôt basé à Brétigny-sur-Orge dans l’Essonne s’étend sur 142.000 m². Si on fait le calcul, Amazon dispose donc de près de 500.000 m² de surface de stockage.

De plus, Amazon a récemment implanté une 3ème agence de livraison dans les Yvelines pour couvrir la zone Ile-de-France. L’objectif est justement d’optimiser les livraisons du dernier km au niveau coût et qualité sur les zones :

  • Paris sud
  • Banlieue sud
  • Sud-ouest de l’Ile-de-France
Selon Christian Berté, le directeur Amazon Logistics France :

« L’optimisation de toutes les procédures logistiques permet d’avoir des tournées mieux organisées et d’avoir un coût plus juste ».

Investir dans l’automatisation

Bien conscient que la robotisation est la clé de la productivité, Amazon a récemment investi près d’un tiers du capital dans la société Balyo. Cette entreprise est spécialisée dans la robotisation des chariots de manutention de palettes. Amazon espère ainsi augmenter ses gains tout en réduisant le délai de livraison lié à la manutention.

C’est bien simple, Amazon requiert l’automatisation des machines dans le but d’aider  :

  • le support logistique afin d’assurer la traçabilité du colis via une gestion informatisée. En effet, grâce à ce process, les colis les plus volumineux sont redirigés automatiquement. La chaîne logistique est ainsi fluidifiée.
  • le support aux opérations, c’est-à-dire la réception, l’étiquetage et le scan des produits. On attribue ainsi à chaque colis une place précise dans l’entrepôt. On pourra alors suivre plus facilement la prise en charge du colis et assurer encore une fois sa traçabilité.
  • les prestataires logistiques via une application pour situer dans l’entrepôt le nombre de colis destiné à la livraison pour chaque prestataire.

Préférer l’homme à la machine

Les capacités et la logistique humaines restent tout de même le cœur de la logistique pour le leader du e-commerce, ne serait-ce qu’en ce qui concerne la répartition des colis. En effet, l’automatisation n’est rien sans la partie humaine qui la dirige. Sur le site des Yvelines occupant 13.000 m², un travail à la chaîne bien orchestré se déroule tous les soirs :

  • 00H00  : réception des colis depuis les centres de tri Amazon
  • 00H00-05H00 : dispatch par tournée
  • 07H00-10H00 : livraison chez le client par les prestataires de service.
Le mot de la fin revient à la DRH d’Amazon France Logistique. Selon Laëtitia de Montgolfier, Amazon est passé de 40.000 à 65.000 salariés en CDI en Europe entre 2015 et 2018. La robotisation permet de se concentrer sur les activités à valeur ajoutée pour les agents logistiques et la qualité. C’est une technologie supplémentaire au service des employés.

A lire également : La livraison sera-t-elle la valeur ajoutée du e-commerce ?