Votre boîte mails est un réel danger pour la planète

En effet, ce que vous faîtes sur internet n’est pas sans conséquences. Loin de nous l’idée à la rédac de vous faire la morale. Cet article n’a pour but que d’alerter sur les effets (non prémédités) des mails d’internautes. A plus forte raison quand le nombre de mails envoyés à travers le monde se compte en milliards…

Tout mail devient un courrier indésirable à l’usure

Comment rendre la ville plus sûre ? Comment permettre aux salariés de gagner du temps en faisant le moindre effort ? Peut-on accompagner les plus démunis vers l’autonomie ?

Ce sont autant de questions auxquelles les nouvelles technologies et l’intelligence artificielle essaient de répondre au quotidien. Pourtant la question de l’impact de notre consommation sur l’environnement est beaucoup moins abordée. Et nous parlons bien ici de consommation.

Qui aurait pu croire que ce nouveau mode de communication qu’est le courriel aurait pu s’avérer si nocif ? Et pourtant… Selon une étude de l’Ademe (l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) réalisée en 2014 :

L’envoi de 33 courriels d’1Mo à deux destinataires par jour et par personne génère annuellement des émissions équivalentes à 180 kilos de CO2.

De plus, l’agence estime que pour une entreprise de 100 personnes, les mails envoyés chaque année polluent autant que 14 vols aller-retour entre Paris et New York. Cette toxicité s’explique par le fait que l’envoi et le stockage d’un mail nécessite de passer par plusieurs data centers, centrales extrêmement énergivores.

 

Envoyer des mails OUI mais les sauvegarder NON !

Vous avez le choix, soit vous supprimez vos mails par vous-mêmes afin de libérer de l’espace dans les data center.

Suggestion qui aura en toute logique peu d’impact si vous êtes seul mais est nécessaire pour éveiller les consciences sur nos habitudes digitales énergivores. A placer sur le même plan que le recyclage, c’est le geste de chacun qui peut changer, faire évoluer le monde. L’écologie passe par l’éducation.

Deuxième solution : vous faîtes appel à une entreprise spécialisée.

“En une heure, plus de 10 milliards de mails sont envoyés à travers le monde, soit l’équivalent de 4000 tonnes de pétrole.”

Un mail génère d’ailleurs à peu près 10g de CO2 par an à lui tout seul. C’est en tout cas ce que conclut Cleanfox, un service de désabonnement automatique de newsletters. Une solution toute trouvée pour empêcher la prolifération des mauvaises habitudes. Car le traitement de la newsletter reste problématique. Nécessaire pour favoriser les ventes des sites e-commerce, elle s’avère encombrante pour les prospects/clients qui à défaut de les supprimer aura plutôt tendance à les laisser s’accumuler dans le dossier spam. Cleanfox évalue à 10% le nombre de newsletters ouvertes…

 

Combien d’entre vous supprime régulièrement leur dossier spam ?

D’après le site Statista, on peut s’attendre à une croissance notable dans l’envoi et la réception de mails de plus de 50 milliards en l’espace de 4 ans. Si tout le monde s’accorde à dire que l’email est le nouveau moyen de correspondance par excellence, on ne peut que constater que la population privilégie ce mode pour la rapidité de l’envoi, son accéssibilité et probablement aussi sa gratuité. C’est un fait, aujourd’hui, le courriel a remplacé la lettre. Néanmoins, on ne peut que se demander si celle-ci n’était pas moins polluante….

 

A lire également : La cybersécurité ne prend pas de vacances : nos recommandations