Maison Intelligente : le test d’un couple

Dans un article inspiré, un couple raconte comment il a vécu un véritable cauchemar à vouloir connecter le maximum d’objets présents dans son appartement. L’idée d’origine étant de mieux vivre, grâce aux objets connectés, comme l’écran de télévision, le lit, les montres, les ordinateurs, la machine à café, la caméra de surveillance, sans oublier l’assistant vocal d’Amazon pour synchroniser le tout. Afin de visualiser le volume de données recueillis via les IoT installés par eux-mêmes, les « smart guys » ont branché leur voisin geek sur le coup et lui ont demandé de stocker la data via une connexion à l’opérateur centralisant les communications (la box que nous avons tous à la maison). En effet, si l’opérateur qui fournit la connexion internet peut le faire, il est évident qu’une personne, dotée des codes d’accès à la box installée par le fournisseur, peut le faire aussi. On peut se poser la question de la sécurité, mais d’autres soucis concernant l’utilité et l’intimité des informations transmises sont plus éloquentes.

Les enseignements tirés par les deux cobayes sont éloquents

En premier lieu, il convient de rappeler que pour faire fonctionner tous ces objets connectés, il est nécessaire de télécharger les Appli qui les pilotent et qui, en conséquence, se croient autorisées à nous envoyer des messages pour soit nous encourager, soit nous alerter sur le mode : « il est l’heure de se lever » ou « il n’est pas bon pour la santé de boire plus de deux cafés le matin, attention ! »…

Le premier problème est la synchronisation de l’ensemble et son pilotage à distance ou même à l’intérieur de l’appartement. Si par exemple Alexa ne comprend pas que, lorsque vous lui dites « Allume les guirlandes de Noël », il faut comprendre toutes les lumières raccordées, alors vous serez obligés de les énumérer, l’une après l’autre, ce qui finira par vous convaincre que vous lever du canapé, pour le faire manuellement, sera plus facile.

Mais que penser de cette éventualité que votre lit connecté, détectant votre réveil aux mouvements de votre corps vers 7h du matin, puisse indiquer à votre machine à café de vous en préparer un ? Voilà qui rendrait votre lit plus intelligent, non ?

Hélas, s’il met en route votre machine à café à 4h du matin, suite à votre envie pressante d’ouvrir la fenêtre pour aérer la chambre, ce sera nettement moins utile !

Comment connecter une maison sur les habitudes différentes de chacun

La deuxième difficulté provient des différents usages attendus par les différentes personnes habitant sous le même toit. Imaginez que la caméra se déclenche, parce que votre compagnon de vie l’aurait mise en route en partant travailler le matin et en oubliant que vous étiez off jusqu’à midi, vous auriez ainsi un enregistrement transmis à votre box (et possiblement se promenant dans le cloud) de vous dans votre tenue d’Adam ou Eve. Cocasse, mais pas très sympathique ! Pas davantage que cette caméra que vous auriez installée dans la chambre de votre bébé et qui se mettrait à clignoter en pleine nuit, pour indiquer une mise hors service temporaire (suite à une mise à jour de la box, par exemple), réveillant l’enfant et la maison, par la même occasion.

Les objets connectés vont-ils améliorer notre quotidien ?

Croire que les objets connectés vont améliorer notre vie quotidienne dans nos habitats est encore du domaine du fantasme, tant les systèmes de communication et de transmission des données sont peu compatibles et difficiles à faire travailler ensemble. Il restera ensuite à leur apprendre ce qui vous intéresse vraiment et non ce que les habitudes les plus fréquentes sont. Avons-nous vraiment besoin d’eux pour savoir vivre ?