Vers une invasion de puces chez les salariés

La question peut sembler effrayante de prime abord. Imaginez qu’on vous implante une micro-puce dans la main qui vous permettrait d’accéder à certains espaces d’un bâtiment mais aussi à certaines informations professionnelles. Simplification des parcours et qualité des contrôles généreraient instantanément de la valeur pour votre entreprise, et peut-être aussi pour vous. Fini les mots de passe, ou les scans rétiniens, vous pourriez passer les portes sans même vous en rendre compte ! Ne serait-ce pas magnifique ?

La domotique au service du domestique

Ces micro-puces qui permettent d’ailleurs d’ouvrir les portes de sa voiture ou de sa maison, connaissent déjà un fort engouement chez nos amis anglais et arrivent très prochainement en France, en Espagne ou en Allemagne. On imagine que les données personnelles recueillies et transmises par ces micro-puces seront sécurisées. En tout cas, on l’espère. Après tout, nos déplacements, nos préférences, et nos communications avec d’autres humains ou avec des objets connectés, sont déjà stockés quelque part dans le cloud.

Un test a déjà été effectué sur 150 volontaires

Bioteq, la société qui les commercialise dès maintenant, ne semble pas plus inquiète que cela. Steve Northam, fondateur de cette société britannique rappelle qu’il s’agit évidemment de volontariat. Les 150 puces déjà implantées, le sont pour la plupart sur des particuliers. Y compris sur le marché des entreprises, seuls quelques volontaires testent ce nouveau système. De son côté, Jowan Osterlund, fondateur de BioHax, une société suédoise également désireuse de pénétrer le marché anglais, assure que les micro-puces basées sur la technologie RFID, « permettent d’augmenter significativement la sécurité dans les entreprises, notamment, pour celles qui traitent des informations sensibles ».

Protection des données personnelles et vie privée

Sécuriser l’entreprise et son personnel semble un objectif avouable. Mais on peut se demander comment garantir que les données personnelles ne seront pas également utilisées par l’employeur ? Que ce soit pour surveiller la vie de ses employés ou en dehors de leur lieu de travail ? Comment éviter les dérapages éthiques ou le piratage de ces nouveaux agents transmetteurs d’information confidentielles ? On peut se référer à quelques films hollywoodiens dans lesquels on traque, on capture un agent de renseignement avant de lui extirper une puce cachée sous sa peau. Est-ce bien rassurant ?

Naturellement les défenseurs des droits individuels et de la vie privée vont devoir se pencher sur ces questions très rapidement.

Les puces, une solution pour le système sanitaire français ?

L’avancée technologique est telle que de nombreux horizons s’ouvrent devant les yeux ébahis des citoyens. Notre soif de nouveauté, notre attirance pour les technologies les plus folles, vont certainement déclencher des vagues de volontariat. Et la promesse de tout « avoir sur soi » en matière d’informations sensibles est alléchante. On pense à la santé, secteur visé par Bioteq à l’origine en 2015. En effet, si toutes nos constantes sont enregistrées sur une puce, si notre dossier médical est « en nous », cela pourrait nous être utile dans bien des circonstances accidentelles. La compagnie assure que les « implants » sont réalisés en zone stérile et parfaitement conforme à la sécurité du milieu médical. Steve Northam, le CEO, est son premier ambassadeur, lui-même équipé d’une puce qui lui sert à peu près à tout !

 

Alors si vous êtes prêt, il ne vous reste plus qu’à prendre une réservation sur le site internet de Bioteq, en remplissant un très court formulaire, et en vous rendant dans leurs bureaux situés non loin de Southampton. Simple comme une poignée de main !

 

A lire également : Anti-fugue pour les séniors médicalisés : la technologie RFID au service des EHPAD