Mobilité des jeunes urbains : comment changer de paysage ?

Le premier baromètre Urban Lab – BCG publié en septembre 2018, donne quelques tendances très intéressantes pour tous les acteurs de la mobilité ou de la smart city. Ayant ciblé en priorité les jeunes actifs se déplaçant en région parisienne, l’étude montre que les attentes et les usages sont en très forte et constante évolution. Davantage de vélos, moins de voitures, des appli pour tous les types de transports et surtout du confort et de la fluidité. Cela pourrait résumer un peu vite ce que tous souhaitent. La moitié des répondants ayant entre 25 et 34 ans et se déplaçant, de manière équitable dans Paris ou de Paris vers l’Ile-De-France, comme dans le sens inverse, on peut d’emblée constater que le transport est subi et souvent associé à des « galères » ou à des dysfonctionnement « pénibles ».

 

Mobilité-SafeSmartCity

Image source : Les Franciliens se déplacent dans une jungle à civiliser d’urgence !

Sécurité, propreté, fonctionnement… des axes très critiqués

Le problème général est connu des autorités et des différents acteurs concernés, mais les nouvelles offres sont jugées encore plus sévèrement que les historiques métro ou bus. Vélib, Autolib, n’ont guère séduit au-delà de l’effet de mode et sont très critiqués sur deux axes : la sécurité et la propreté ou l’état de marche. L’incivilité est un autre enjeu majeur pour les « urbenials » (contraction de urbain et millenials) et la dernière campagne de la RATP, rappelant qu’il y a des consignes de sécurité à respecter dans le métro comme dans les avions, confirme que le climat est dégradé. Les agressions y compris le harcèlement sont devenus un fléau insupportable notamment pour les femmes.

82% des jeunes soulignent qu’ils voudraient voir s’imposer des règles d’usage et de bonne conduite

Et pour l’avenir, quelles sont les espérances de cette population devenue mobile par nature ?

Pour la majorité d’entre eux, le recours au smartphone comme guide de déplacement en ville est une évidence, et ils réclament une Appli globale pour réunir ou visualiser en une seule expérience, l’ensemble des solutions de transports, le temps de parcours estimé et/ou les difficultés rencontrées en temps réel. Liée naturellement à la géolocalisation de leur personne, mais sans doute aussi de leurs proches et amis, une Appli unique devrait leur indiquer la voie à suivre plus intuitivement et plus surement qu’aujourd’hui. De façon tout à fait pragmatique et réaliste, 57% des Urbenials attendent que les entreprises les aident à vivre une meilleure expérience. Il ne s’agit pas seulement de solutions techniques mais aussi d’un changement d’état d’esprit vers plus de souplesse, davantage d’adaptation des moyens de transports et des horaires de travail afin de définir une meilleure mobilité dans la ville.

 

57% des Urbenials attendent que les entreprises les aident à vivre une meilleure expérience

 

Mobilité urbaines : un goût pour l’innovation

Quant aux moyens futuristes de se déplacer en ville, ils sont plutôt bien accueillis et, par exemple, 77% sont prêts à tester un véhicule sur la Seine, et 62% une voiture autonome. Ce goût pour l’innovation est plus prononcé chez les hommes, qui sont 60% à déclarer vouloir essayer un drone de passagers. Mais l’information la plus surprenante de cette étude est ailleurs : pour ces jeunes actifs, le déplacement doit devenir un temps de distraction ou d’enrichissement personnel. L’accès aux contenus via les réseaux connectés (la 4G gratuite à bord), est devenu un impératif et nos dirigeants devraient s’inspirer de l’Orient, où internet est accessible partout et pour tout le monde. Réduire les fractures numériques et les inégalités, c’est aussi rendre le temps de transport utile et confortable.

 

A découvrir : Les taxis volants sont-ils prêts à décoller ?