Montréal, la métropole de l’Intelligence Artificielle

Début décembre, le plus grand congrès mondial consacré à l’Intelligence Artificielle, le NIPS (Neural Information Processing Systems) s’est tenu à Montréal. Ce congrès est le résultat d’une véritable stratégie de collaboration entre le gouvernement, les entreprises et les milieux universitaires. La ville québécoise attire les meilleurs talents depuis deux ans. Depuis, près de 230 millions d’euros ont été investis dans la métropole canadienne. En effet, Montréal est aujourd’hui devenu un hub incontournable, le 2ème mondial avec :

  • plus de 300 chercheurs spécialistes en poste à l’Université McGill et à celle de Montréal (toutes deux dans le Top 100 mondial)
  • près de 11 000 étudiants inscrits sur des programmes incluant l’IA ou le traitement de données
  • et plus de 90 000 emplois créés.

Un engouement international

Cette ville a toujours su attirer des talents européens (et notamment français). C’est un lieu privilégié pour les sociétés comme Thalès ou Havas. Ces dernières y ont d’ailleurs implanté leur laboratoire de recherche.

Montréal accueille en plus tous les grands noms du Big Data : Amazon, Facebook, Google, IBM, mais aussi Samsung, et dernièrement Microsoft qui a racheté la start-up québécoise Maluuba.

On peut aisément croire Brad Smith, le président de Microsoft, lorsqu’il déclare : « Microsoft est très enthousiaste à l’idée de collaborer avec les professeurs, les étudiants et la vaste communauté technologique de Montréal, qui devient rapidement une plaque tournante mondiale pour la recherche et l’innovation dans le domaine de l’IA ».

Alors quelles sont les raisons de ce succès dont d’autres pourraient s’inspirer ?

En premier lieu, un nom semble émerger, celui de Joshua Bengio. L’informaticien est une véritable sommité de l’Intelligence Artificielle. Pionnier du deep learning, son expertise est reconnue à travers le monde. Le professeur Bengio a collaboré notamment avec Yann Le Cun (Directeur de Recherche chez Facebook) mais aussi Geoffrey Hilton (Google). Il est aussi l’un des trois auteurs du livre de référence sur le sujet de l’apprentissage profond. Ecrit avec Iann Goodfellow et Aaron Courville, le livre est paru fin 2016. Ce livre est d’ailleurs devenu le livre de chevet de Elon Musk, le patron emblématique de Tesla.

Il y a bon nombre d’autres chercheurs de renom qui se retrouvent dans l’éco-système de Montréal. Ils ont tous contribué au développement d’incubateurs attractifs pour les nouveaux projets comme pour les investisseurs. Techstars Montréal AI, Foundefuel, Centech, NextAI ou encore TendemLaunch sont autant de têtes de pont où naissent les projets du futur.

Une entreprise qui met l’IA au service des autres entreprises

Ainsi Element AI emploie plus de 300 personnes dans 5 villes dans le monde. Cette entreprise est née en 2016 au Québec à l’initiative de Joshua Bengio et Jean-François Gagné. Elle est aujourd’hui considérée comme un acteur majeur suite à sa levée de fonds record de 102 millions de dollars. Certainement parce-que la recherche sur l’IA est devenue cruciale pour apporter aux entreprises un gain en efficacité, agilité et sécurité.

« Aujourd’hui, ce sont les investissements qui suivent les talents »

Cette citation d’Hubert Bolduc, le président de Montréal International, explique parfaitement ce phénomène. Mais l’enracinement, l’amour du pays, est également très puissant comme le confirme Joshua Bengio, arrivé à Montréal à l’âge de 12 ans : « les changements provoqués par l’intelligence artificielle vont avoir des coûts sociaux, notamment au niveau de l’emploi. Il faut donc que la richesse créée par l’IA ne s’accumule pas à un seul endroit, comme la Chine ou la Silicon Valley, mais profite à un plus grand nombre ».*(interview Usine Digitale).

L’IA dans tous les secteurs d’activité

Les produits IA destinés au monde de la banque et de l’assurance, de la santé, sont censés fluidifier et accélérer les prises de décisions dans des contextes complexes. La rapidité est une des promesses de l’Intelligence Artificielle. Cependant, l’agilité est également une composante essentielle du succès des centres de recherche. C’est sans doute ce qui fait de Montréal une ville d’exception. « Avec une telle concentration d’experts en IA, on passe de 10 minutes en voiture à 10 secondes de marche pour pouvoir échanger des idées ! », précise Alexandre Le Bouthillier, PhD de l’université de Montréal. Alexandre Le Bouthillier est aussi le co-fondateur de Planora et Imagia, une société qui utilise l’IA pour lutter contre le cancer. Ce business angel est impliqué dans le Creative Destuction Lab, un incubateur centré sur le mentorat des start-up spécialisées sur le domaine.

Renforcer l’attractivité d’un territoire est un enjeu économique

Mais ce sont encore les Hommes qui font la différence, y compris dans le secteur de l’Intelligence Artificielle. L’humain, les conditions sociales, la collaboration fluide entre tous les acteurs y compris la finance, sont des priorités pour les salariés, les étudiants et les chercheurs. Construire un monde meilleur, c’est d’abord réunir les humains dans un projet de vie et d’épanouissement.

 

A lire également : Quayside : la première Smart City de Google à Toronto