Comment Nice est-elle devenue la première Smart City de France ?

Smart City un enjeu d’avenir

Etre une Smart City, ce n’est pas juste un concept marketing, c’est un enjeu d’avenir qui peut positionner une ville sur le globe. Le sujet est en effet dans toutes les têtes et surtout dans tous les pays qui tentent d’intégrer les technologies du futur pour se rendre attractifs. Nice est la cinquième ville de France et relève ce défi, via un groupe dirigé par des entrepreneurs locaux et avec l’appui d’une municipalité engagée. Ville intelligente et hyper connectée, c’est un avantage concurrentiel de taille au moment d’attirer des investisseurs et des talents venus du monde entier. Il faut ainsi déployer la technologie sur l’ensemble des préoccupations des habitants et des sociétés de pointe qui pourraient s’y installer.

Comment passe-t-on d’une phase expérimentale à la réalité appliquée à l’ensemble des acteurs ?

Depuis 2 ans un laboratoire (l’Institut méditerranéen du risque et du développement durable -IMREDD-) fournit la data à toutes les entreprises qui souhaitent s’en servir pour mettre au point leurs modèles et leurs solutions (IoT et autres applications du quotidien). Qu’il s’agisse de la santé, du commerce en centre ville ou de la sécurité des biens et des personnes, l’ensemble du spectre du développement économique (infrastructures classiques mais aussi technopoles ou centres de recherche), l’heure est à l’exploitation de toutes les informations fournies par tous en même temps. Lorsque l’on se retrouve en compétition sur la scène internationale avec Mexico, Rio de Janeiro ou San Diego, il faut être capable d’accélérer et d’embarquer l’ensemble des entreprises dans la voie du tout numérique.

 

« La smart city, c’est la ville d’aujourd’hui qui bénéficie des nouvelles technologies telles que l’IoT, l’IA, l’open data, l’open source… pour se remettre en question, revoir son environnement et remettre le citoyen au cœur des préoccupations. La smart city, c’est le développement des capacités prédictives et d’anticipation, qui met en avant la collaboration intelligente » déclarait Fabienne Gastaud, présidente du Club des Smart Grids, dans une interview donnée à la Tribune en juillet dernier.

Smart city en mode agile

Le principal problème d’aujourd’hui est le passage du test (du POC) au lancement de la solution pour tous. C’est précisément le rôle de Nice Smart Valley, qui permet de valider un business model et ensuite de le rendre duplicable. Nice Smart Valley est le nom pris par le projet européen Interflex, déployé également aux Pays-Bas ou en République Tchèque, par exemple. Les principaux acteurs en matière d’énergie s’y sont regroupés et soutiennent l’ambitieux programme : Enedis, GRDF, ENGIE, sont aux cotés de la SCOMEC et de la Métropole Nice Côte d’Azur. Comme le souligne Christian Estrosi, maire de Nice et Président de la Métropole, la reconnaissance du leadership au niveau européen est déjà là :

« l’ambition de Nice Smart Valley a permis à la ville de recevoir la récompense de Ville ambassadrice de l’innovation en Europe, au Web Summit de Lisbonne en 2018. »

Reste à garder une enviable place dans le Top 15 mondial, ce qui constitue un beau challenge.

 

A lire également : Les collectivités françaises face à la smart city