De la fiction à la réalité augmentée

Il est bien loin le temps où on s’asseyait sur le canapé familial pour dévorer son petit-déjeuner en face des dessins animés du mercredi matin. Aujourd’hui, les dessins animés et les livres se déclinent non seulement en films (pour certains en 3D) mais surtout en réalité virtuelle.

En effet, il est aujourd’hui possible pour tous les fans de vivre les mêmes aventures que leurs héros à leur place. On a d’ailleurs pu constater de ce phénomène avec Pokemon Go qui a pulvérisé le record de téléchargement d’applications mobiles. Bien que créée en 2016, l’application a comptabilisé pas moins de 800 millions de téléchargements sur l’année 2018 uniquement.

Géolocalisation + fiction = réalité augmentée

Rappelons le concept du jeu : avec l’application Pokemon Go, il est possible d’attraper les monstres imaginaires du dessin animé Pokemon. L’objectif est de tous les capturer. Cachés dans la vie réelle, il est possible de les dénicher à n’importe quel coin de rue, ce qui rend le jeu totalement interactif et explique l’engouement qu’il a suscité chez les plus jeunes mais aussi chez les adultes.

Celui qui est à la tête de cette société n’est autre que John Hanke, le fondateur des entreprises qui deviendront par la suite Google Earth, Google Maps et Street View. En d’autres mots, c’est l’expert attitré en géolocalisation ! Il travaille d’ailleurs sur un projet de jeu vidéo en réalité augmentée basé sur l’univers d’Harry Potter. L’entreprise souhaite développer une technologie capable d’identifier et de contextualiser les objets du monde réel pour provoquer des interactions au plus proche de la réalité pour l’utilisateur et créer une expérience sensorielle unique.

Le jeu vidéo en réalité augmentée, combien ça coûte ?

Supercell est un concurrent hors norme. Pour parer l’attaque de Niantic avec Pokemon Go, l’éditeur finlandais contrattaque en diversifiant son activité avec une série web comique mais surtout par son modèle free to play. Pour ceux qui se posent la question, Supercell est le concepteur d’applications qui commercialise les jeux Clash of Clans et Clash Royale gratuitement.

Alors comment l’entreprise fait-elle pour engranger des bénéfices ?

La réponse est simple. Si l’application est gratuite, les options ne le sont pas. On estime les revenus de Supercell à seulement 5% des utilisateurs payants.

Niantic, l’éditeur de Pokemon Go en collaboration avec Nintendo, a perçu plus de deux milliards de dollars de chiffres d’affaires avec la vente de produits dérivés. L’entreprise a également annoncé avoir levé 215 millions d’euros pour la conception du jeu Harry Potter avec une sortie prévue fin 2019-2020. La cote de cette entreprise risque alors de monter en flèche.

 

Aujourd’hui, on estime que Niantic vaut à peu près 4 milliards d’euros sur le marché boursier. Et ce n’est qu’un début, la réalité augmentée s’invite jusque dans les loisirs pour réinventer notre quotidien. Quand on sait que dans le monde, les utilisateurs de smartphones passent en moyenne 3 heures par jour sur leurs applications téléphoniques (et seulement 2 heures pour les Français), on peut même se demander si Niantic et la réalité augmentée ne vont pas détrôner le géant Nintendo et reléguer les consoles au vide-grenier.

(*statistiques AppAnnie).

 A lire également : Vivrez-vous une expérience augmentée à bord de votre prochaine Renault ?