Quand la sécurité des patients âgés devient une priorité

L’an dernier, un établissement de santé privé, Les Magnolias, testait un dispositif permettant de tracer en temps réel les errances ou les chutes de ses patients. Un patch posé sur l’omoplate de chacune des 320 personnes âgées résidentes, contenant des capteurs et relié à un central, permettait aux personnels d’avoir un suivi complet de leurs déplacements. Un progrès technologique mis au service de tous, pour améliorer la circulation des personnes les plus fragiles. L’idée a fait son chemin et d’autres solutions basées sur la géolocalisation ou la connexion active sont disponibles.

 

Sécuriser les patients grâce à des systèmes de communication mobile

Ainsi par exemple, l’hôpital Américain de Paris a développé un système de communication mobile pour prendre en charge et sécuriser tous les patients. Mis en place dans les 150 chambres de l’hôpital, le système permet aux 850 employés dont 400 médecins de savoir qui doit intervenir ou qui est intervenu à la demande de tel ou tel. La gestion des flux d’information est organisée de manière à mobiliser les 4 ou 5 personnes susceptibles de répondre au plus vite et le plus efficacement, en cas d’appel. Les alarmes sont envoyées par le personnel ou par le malade hospitalisé, et sans aucune perte d’information.

Car comme le précise Thierry-Alain Kervella, Directeur des Systèmes d’Informations de l’Hôpital Américain de Paris« moins il y a d’interactions vocales et plus le personnel est dynamique dans la réaction… »

 

Sécurité à domicile, d’autres solutions existent

Pour ceux qui sont encore à leur domicile, d’autres solutions existent. La start-up française Co-Assist, teste ainsi un bracelet connecté qui envoie des alertes ou permet un suivi des déplacements de la personne équipée. Ainsi, proches ou médecins sont en capacité de recevoir une information précise, ce qui en fait une solution anti-errance pour les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, par exemple. Ce bracelet est un objet connecté utilisant le réseau basse fréquence et basse consommation de Sigfox, ce qui lui assure une autonomie de 6 mois. Mais des solutions semblables peuvent également plaire aux établissements de santé ou d’accueil de personnes âgées. Ainsi par exemple en Espagne, l’Institut Guttmann, spécialisé en neuro-réhabilitation, teste une solution permettant de géolocaliser les patients mais aussi de les orienter dans leurs parcours au sein de l’établissement. L’opérateur T-Systems utilise une technologie Bluetooth Low Energy en collaboration avec Deveryware pour déployer la solution dans cet hôpital. Cette technologie permet par ailleurs, d’enregistrer et de transmettre différentes constantes physiologiques qui rendent les interventions du personnel médical, plus efficaces, plus rapides et plus sures. Une analyse des données enregistrées a posteriori peut encore améliorer la sécurité des patients et même modifier l’ergonomie générale de l’établissement.

 

La géolocalisation indoor pour assurer la sécurité des personnes à leur domicile

Enfin, il y a désormais des moyens d’assurer la sécurité des personnes à l’intérieur même de leur domicile. YouTakeCare propose une solution de géolocalisation indoor. Des prises-gigognes sont installées et branchées dans l’appartement ou la maison de la personne ; elles apprennent et transmettent les habitudes de déplacement ou d’activité du senior et sont ensuite capable de détecter des anomalies. Ainsi un état de faiblesse sera mis en lumière par de moindres déplacements, ou des déplacements plus lents, des troubles du sommeil indiquant d’autres signaux pathologiques éventuels. La surveillance sans contrainte permettant une intervention adéquate des personnes en charge de la santé du senior, ou de sa famille, avant tout accident regrettable.

 

La précision et la qualité de transmission des informations progressent sans cesse. C’est au service de notre santé et du bien vieillir que des avancées spectaculaires sont encore à venir. Accompagner les seniors en toute sécurité est un véritable enjeu de société.

 

A lire également : Anti-fugue pour les séniors médicalisés : la technologie RFID au service des EHPAD