Singapour ou la sécurité d’une Smart Nation

Annoncer au monde entier que l’on n’est pas seulement une ville connectée et intelligente, mais une Smart Nation, est une ambition enviable, qui génère aussi des obligations immenses. Notamment, cela signifie que l’enjeu de la sécurité des personnes et des biens devient celle d’un Etat. Alors comment tenir cette promesse, à l’heure des flux en constante progression, sans tomber dans les travers décriés d’un autoritarisme et d’un excès de contrôle, dont les citoyens ne veulent pas ?

Enjeu de sécurité ou excès de contrôle ?

Singapour vient pourtant de révéler que des tests rétiniens sont effectués sur les personnes entrant sur le territoire, au Nord par la Malaisie ou à la gare maritime reliant l’Indonésie, au Sud. Ce dispositif, déjà en vigueur dans les aéroports, lors du contrôle des passeports, sera renforcé par l’installation d’un vaste système de caméras de surveillance, associé aux 100 000 réverbères éclairant les rues de la ville et au-delà. Un système déjà adopté par Pékin et Shanghai, avec toutes les réserves éthiques qui accompagnent les agissements de la Chine en matière de respect des libertés individuelles.

Le « Why » de Singapour

Mais Singapour souhaite être une Smart Nation, pour des raisons bien différentes. Son « why » se situe sur le plan économique : devenir une nation leader en matière d’innovation. Ce graal, que les villes intelligentes poursuivent dans le monde entier, est-il compatible avec un contrôle strict et permanent des déplacements de tous les citoyens ? On pourrait répondre que la sécurité reste un enjeu prioritaire pour tous, puisque le sentiment d’être en sécurité dans une ville contribue directement à son attractivité, aussi bien pour les résidents, les touristes que les investisseurs. Et ce pourquoi économique mis en avant peut se traduire par cette base solide, qui donnera envie à chacun d’améliorer la performance globale de la nation. Répondre aux exigences nouvelles des citoyens, les accompagner dans leurs activités et leurs déplacements est un moyen de garantir leur épanouissement.

Singapour : une smart nation enviée

C’est du moins ce que Singapour présente sur son site internet. Mais pas seulement. Il y a d’autres enjeux majeurs à poursuivre pour devenir cette Smart Nation enviée. Par exemple, la dimension culturelle et exploratoire est passionnante. Proposer l’Open Data peut, en effet, attirer des créateurs, des innovateurs dans tous les domaines et inculquer une culture créative à toute une nation. On se rappellera que les grands mécènes de l’histoire de la vieille Europe avaient en leur temps initié les mêmes mécanismes, pour attirer tous les artistes dans des villes comme Florence, Vienne ou Paris.

La confiance : une priorité

Etre un laboratoire vivant est une promesse visant davantage les acteurs économiques, au sens des start-ups et des industriels en quête de nouveaux modèles. Pour eux, il faudra à nouveau parler de cyber-sécurité et de protection des éco-systèmes, par une stabilité des réglementations financières et commerciales.

Le Wifi dans les transports public, les régies autonomes de taxi, l’identité numérique, sont déjà en place à Singapour et la Smart Nation espère que 95% des opérations entre les habitants et l’Etat soient entièrement digitalisées dans les mois à venir. Créer un climat de confiance quasi absolu est une priorité pour tenir cet engagement et montrer au monde que la réussite d’un Etat intelligent et futuriste est une réalité en Asie.