Smart city : où en sont les villes intelligentes en France ?

On pourrait penser que la Smart City est une vision qui concerne uniquement les grandes métropoles, mais la France qui compte environ 25 villes intelligentes en cours de développement, vient contredire le cliché avec la moitié d’entre elles qui comptent moins de 250 000 habitants.

 

Quels peuvent bien être les projets « smart » de ces villes moyennes ?

Une étude publiée par le JDN montre que les principaux sujets adressés sont l’Open Data, le Wifi gratuit, les smart grids et aussi la mise en place de plateformes participatives. Des enjeux aussi importants en agglomération que la collecte intelligente des déchets, la mobilité ou encore l’éclairage, sont eux investis par 2 ou 3 villes au maximum ! De quoi se poser des questions sur les intentions réelles des communes impliquées et sur la recherche d’un coup de communication.

 

Smart City : les plus petites villes s’y mettent

Quoi qu’il en soit, il parait plus judicieux de souligner les efforts réellement entrepris, comme ceux de Chartres, la plus petite des 25, sur les terrains à la fois de l’éclairage piloté, d’une gestion intelligente du stationnement ou de la collecte automatisée des poubelles. Mauna Traikia qui pilote le numérique pour l’agglomération Plaine Commune (rassemblement de communes autour de la Plaine Saint-Denis) préfère envisager la ville futée dans une dynamique économique avec l’exigence d’un univers compétitif où il s’agit d’attirer les talents et les citoyens de demain. Certes l’environnement, la santé publique sont concernés par les projets de transformation mais la priorité de Maune Traikia, reste le confort et la qualité de vie globale des habitants. Une plateforme collaborative lui semble ainsi indispensable pour collecter l’information, échanger sur les idées nouvelles et co-construire la ville future.

 

Mulhouse : une application qui permet d’organiser ses déplacements

A Mulhouse, c’est Tanguy Selo, Chief Digital Officer de la municipalité, qui présente fièrement l’application qui permet à tous les mulhousiens d’organiser tous leurs déplacements directement depuis une application téléchargée sur leur smartphone. Une seule appli pour payer son ticket de tram ou louer une voiture partagée. Là où Paris ou Marseille n’ont pas encore réussi, d’autres plus petits mais aussi plus agiles sont déjà au rendez-vous ! Un incubateur est ouvert dans cette ville du grand Est qui clame haut et fort que tout ne se passe pas à Saclay en matière d’Intelligence Artificielle.

A Roubaix, Alexandre Garcin, adjoint au maire chargé de la ville intelligente, vient de présenter un projet d’urbanisme responsable avec le premier bâtiment universitaire de France à bilan énergétique positif. Celui-ci accueille déjà des étudiants en cette rentrée 2018, et plus de 5000 m2 contribueront à l’engagement « bas carbone » de la région des Hauts de France.

 

Smart City à notre échelle

Pour la plupart des autres villes, les projets peuvent sembler modestes dans leurs ambitions en regard des Smart Cities telles Singapour, Los Angeles, Londres (entre autres) mais Bordeaux bénéficie de l’appui du programme européen Sharing Cities et d’un investissement de 25 millions d’euros sur 5 ans. Voilà qui rend la grande ville du Sud-Ouest particulièrement attractive pour des sociétés innovantes et porteuses de développement en IA, notamment.

 

La technologie numérique devient un atout économique essentiel pour les villes du futur

On le comprend, l’attractivité d’un territoire économique dépendra dans les prochaines années, de l’intelligence augmentée des villes, et de leur capacité à rendre la vie des citoyens les plus connectés aussi agréable et inspirante que possible. La technologie numérique devient un atout économique essentiel pour les villes du futur. Les équilibres géopolitiques régionaux mais aussi internationaux seront certainement modifiés par l’intégration de l’Intelligence Artificielle et les mouvements de population liés aux nouvelles révolutions industrielles s’en trouveront renforcés.

 

 

A lire également :  Les smart cities peuvent-elles sauver le monde ?