1er centre dédié à la formation sur la cyber sécurité

La sécurité du territoire et des personnes est devenue un enjeu numérique. De nombreux acteurs sont impliqués dans une veille permanente et la question de la mobilisation des forces de défense se pose avec acuité. L’Etat a ainsi installé cet été en Lorraine, le premier centre dédié à la formation de « réservistes » préparés à intervenir en cas d’attaque majeure.

Une convention a été signée entre Nancy Métropole et la base militaire de défense de Nancy. Le colonel Jean-Marc Régnier, commandant de la Base de défense de Nancy, s'appuie d'ailleurs sur « l’intelligence collective mise en œuvre afin de renforcer la résilience des entreprises, des opérateurs d’importance vitale (OIV), des unités militaires et des institutions de la région". 

Comment protéger les institutions et les entreprises en cas de cyber-attaque massive ?

Trois laboratoires de recherche ont décidé de conjuguer leurs efforts sur les questions de cyber-sécurité :

  • le CISPA (Center for IT-Security, Privacy and Accountability)
  • le CNAM
  • Telecom Nancy (Université de Lorraine)

Cette alliance a pour projet de développer des modules de formation sur mesure. Pour ce faire, une simulation est toujours nécessaire si on tend vers un objectif d’expertise des personnels concernés.

Cyber-Range

Aussi, le nouveau centre sera équipé avant la fin 2018 d’un simulateur de cyber-attaques. Le Cyber-Range a été développé par Airbus CyberSecurity. Présenté sous la forme d’un caisson mobile, ce centre de simulation est idéal pour former les équipes sur différentes problématiques : réponse à incident, analyse des risques ou analyse forensique (soit l'analyse d’un système informatique après incident).

Vers une guerre digitale…

L’expertise de cette division représente 16% du CA du groupe Airbus, compte 700 collaborateurs et  s’articule autour de 4 axes :

  • Prévenir,
  • Protéger
  • Identifier
  • Réagir 

Lors de l’inauguration de ses nouveaux locaux à Rennes, Frédéric Julhes, le directeur d’Airbus CyberSecurity France, rappelait le but : « contrer les attaques les plus dangereuses, qui sont le plus souvent très sophistiquées. »

Travailler en partenariat avec différentes écoles ou pôle de compétences en France, c’est d’abord renforcer les compétences dans la formation. Frédéric Julhes confirme : « nous installons des plateformes de formation, avec lesquelles ces futurs ingénieurs peuvent se livrer à des simulations, chacun endossant des rôles d’attaquants ou de défenseurs. Un peu comme des jeux vidéo en réseaux géants, sauf qu’il s’agit de se préparer à des menaces bien réelles… »

… Et une force spécialisée

L'objectif est de rompre aux exercices de détection et d’identification des cyber-attaques la première task force (25 experts). Et par la suite de faire évoluer le centre installé à Nancy dans la formation d'une réserve citoyenne de 400 personnes.

Dans une seconde étape du projet de collaboration, « le centre de cybersécurité se spécialisera sur des thématiques spécifiques au territoire que sont la santé et la finance", précise Véronique Legrand, professeure titulaire de la chaire de sécurité informatique au CNAM.

Faire collaborer civils et militaires pour la défense du territoire n’est possible qu’avec l’aide de nos meilleures universités et le soutien d’experts issus du privé. On parle ici de ceux qui maîtrisent les dernières avancées technologiques en matière de cyber-sécurité. La France est bien pourvue dans les deux domaines. Ce qui représente un avantage certain face aux attaques de plus en plus virulentes et imprévisibles qui nous attendent. 

 

A lire également : L’appel de Macron pour la cyber sécurité