Vivrez-vous une expérience augmentée à bord de votre prochaine Renault ?

Dans sa conférence de presse en ouverture du Mondial de l’Auto à Paris, Carlos Ghosn annonçait que l’expérience à bord d’une voiture, qu’elle soit conduite par l’un des passagers ou autonome, allait se transformer. En écho aux attentes des nouvelles générations qui souhaitent utiliser autrement leur temps de déplacement, le patron de l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi a présenté AEX, une expérience éditoriale augmentée imaginée en collaboration avec le groupe de presse Challenges. L’idée est de fournir une quantité appréciable de contenus informatifs et éducatifs, produits par les différents magazines du groupe et proposés sous différents formats dont le podcast, qui connait un véritable engouement, dans le sillage de la vidéo.

Une expérience automobile 100% connectée

La vidéo est sublime et les images de personnes heureuses de voyager à bord d’un véhicule autonome sont rassurantes. Pour Renault, « Time on board is life on board » ajoute Carlos Ghosn, et l’on comprend que la mobilité dont la croissance suit la courbe de la démographie mondiale, n’est plus un enjeu de produit mais bien d’expérience. Le constructeur qui proposera demain une expérience 100% connectée et fiable, créera certainement une valeur ajoutée remarquée par sa clientèle. Ainsi le véhicule deviendra « un espace de vie interactif, connecté et personnalisé », et le partenariat avec Google pour rendre les voitures compatibles « Android » va dans ce sens. A l’horizon 2021, les voitures du groupe seront les plus « connectées » du marché, promet son patron.

Un voyage en voiture : une  « learning experience »

Le partenariat avec le groupe Challenges vise davantage à remplacer un voyage par une « learning experience » (une expérience d’apprentissage) pour emmener les passagers « plus loin que leur destination ». Apprendre en se déplaçant, autre formule pour l’adage populaire : les voyages forment la jeunesse, deviendrait enfin une réalité, autrement qu’en regardant le paysage défilé par la fenêtre. La mise à disposition des contenus éditoriaux se fera par une interface vocale reliée au serveur de contenus. Cette interface intelligente sera capable de proposer une sélection de contenus personnalisés, de lire des versions audio mais aussi de les stocker pour plus tard selon les préférences du passager. Utilisant l’Intelligence Artificielle, elle apprendra les goûts et les domaines d’intérêts des différents utilisateurs du véhicule et pourra ainsi les inviter à vivre des expériences uniques et de qualité. Les contenus pourront également être projetés sur les vitres / écrans de la voiture qui sera alors un outil multimédia complet. On comprend alors que l’enjeu de la sécurité restant primordial, il deviendra évident de confier le volant à la voiture elle-même.

Le véhicule : un centre de divertissement

Dans la vision de Carlos Ghosn, le véhicule autonome, deviendra bientôt un centre de divertissement supplémentaire dans la vie des gens. Il est urgent de le rendre aussi confortable et distrayant que possible. Fini le temps où l’on mettait un dvd ou un nocturne de Chopin pour éviter d’entendre le sempiternel « quand est-ce qu’on arrive ? ».

Cette expérience novatrice était accessible aux visiteurs du Mondial en octobre, leur offrant la possibilité d’entrer dans une capsule de 4m de diamètre créant les conditions d’un voyage en véhicule autonome bardé d’écrans et alimentés en contenus divers.

Le futur de la mobilité sera-t-il aux mains des producteurs de contenus ? C’est en tout cas la conviction du groupe Renault pour qui « la technologie doit s’effacer derrière les contenus ».

A lire également :

Israël, le nouveau laboratoire des constructeurs automobiles